Le Kernza, la céréale du futur ?

PAR JORDAN ROBERGE – AGRONOMIE

 

Depuis les débuts de la civilisation, les céréales utilisées pour la fabrication de divers mets d’importance proviennent de graminées annuelles. Celles-ci sont à la base de l’émergence des sociétés modernes et sont encore d’une importance majeure du point de vue alimentaire et économique. Le principe de base de leur culture a peu changé au fil du temps, ne serait-ce que l’avènement de la mécanisation : la préparation du lit de semence (parfois absente), le semi, l’entretien et la récolte, et ce, annuellement. Cependant, la répétition de l’ensemble de ces opérations a des coûts monétaires et environnementaux considérables. Ainsi, c’est ce qui a mené à la naissance du Kernza, une céréale pérenne.

Qu’est-ce que le Kernza?

Le Kernza est en fait de l’agropyre intermédiaire, une plante initialement introduite en Amérique comme plante fourragère. Cette plante s’est démarquée dans les années 1980, lorsque des chercheurs de l’état de New York étaient à la recherche d’une plante vivace apte à la production de grain à grande échelle. Par la suite, en 2003, des chercheurs du Kansas ont repris ces recherches afin de développer la plante pour les grandes plaines américaines. C’est de ces chercheurs que naît le Kernza, en 2013. Entre temps, d’autres chercheurs ont travaillé sur le Kernza, afin de l’adapter au climat d’autres territoires comme le Minnesota et le Manitoba. Leur but: augmenter la taille du grain et la solidité de la tige sans compromettre la force des racines afin d’assurer la pérennité de la plante dans de nouveaux climats. Ainsi, les premières récoltes de Kernza ont vu le jour au Minnesota en 2015. Il en résulta onze tonnes de ce précieux grain. Du côté canadien, les premiers grains de la nouvelle variété canadienne ont été récoltés en automne 2018 sur les parcelles expérimentales de l’université du Manitoba pour ensuite être semés sur une trentaine d’hectares de producteurs manitobains, à l’automne 2019. L’amélioration génétique du Kernza se poursuit actuellement afin d’améliorer ses rendements et sa vivacité dans de nouveaux territoires.

Pourquoi le Kernza?

La motivation première derrière le développement du Kernza est sa pérennité, soit le fait de semer une seule fois, comme une prairie standard. Mais pourquoi? La première raison est d’ordre environnemental. Le Kernza pourrait régler la crise environnementale qu’a créé la production industrielle de céréales. Le problème des céréales annuelles, dont le blé est la plus importante, est l’ensemble de l’énergie consommée et la pollution engendrée lors de leur production. Le travail de sol nécessaire pour les semis des céréales contribue au relâchement dans l’atmosphère de carbone contenu dans le sol. Ceci accentue donc l’effet de serre et va à l’encontre du fait que les champs peuvent être d’excellents puits de carbone, si nous y cultivons des cultures pérennes comme les prairies et bien sûr le Kernza. Ensuite, le Kernza a un système racinaire allant en moyenne jusqu’à 5 mètres de profondeur comparativement à 1 mètre pour le blé. L’avantage majeur de la profondeur racinaire de ce premier est de grandement diminuer l’érosion du sol et de régénérer ceux appauvris par les cultures annuelles, en plus de lutter contre la pollution en nitrates des nappes phréatiques. Ce type de pollution, coûtant des millions de dollars en dépollution et affectant la santé des gens, est un problème grandissant dans les zones de culture intensive de céréales. Ainsi, pouvoir régler deux problèmes majeurs apportés par l’agriculture avec l’agriculture, est de loin la meilleure des solutions d’un point de vue pratique et économique. Finalement, la culture du Kernza demande un entretien minimal, un peu comme une prairie, étant donné qu’elle repousse à chaque année, et devient compétitive contre les mauvaises herbes, ce qui permet de diminuer considérablement l’utilisation d’herbicides. Malgré tous ses avantages, le Kernza n’est cultivable que dans certaines zones où il a été adapté (d’autres variétés adaptées à d’autres territoires sont en cours de développement) et son rendement actuel est d’environ un quart de tonne par acre comparativement à une moyenne d’une tonne pour le blé.  Nous pouvons donc en conclure que le Kernza est réellement une solution envisageable pour lutter contre les impacts environnementaux apportés par le modèle agricole actuel en le rendant un peu plus responsable et durable dans le temps.

L’utilisation du Kernza?

Les grains de celui-ci peuvent être utilisés à diverses fins. Il ne faut pas oublier qu’ils sont plus ou moins comparables à ceux du blé, étant donné qu’ils contiennent moins de gluten, mais plus de protéines. Ainsi, un pain ne peut pas être fabriqué à 100% de farine de Kernza. Environ 30% de farine de blé est substituée par celle de Kernza. D’un autre côté, pour la fabrication de crêpes, de pâtisseries, de craquelins et même de pâtes, c’est une bonne farine. La farine de Kernza a un arôme terreux avec une note de noix et assez différente à ce que les gens sont habitués. En dehors de l’utilisation de ces grains sous forme de farine, nous pouvons les utiliser pour en faire de la bière. Finalement, la compagnie General Mills, produisant la majorité des produits à base de céréales dans le monde, a présenté un fort intérêt pour le Kernza dans la fabrication de céréales à déjeuner et a même produit 6000 boîtes échantillon de céréale de Kernza pour faire goûter aux gens dans des foires. Bref, le Kernza a le vent dans les voiles!

 

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1147772/kernza-agriculture-manitoba-cereale

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1073234/nouvelle-cereale-manitoba-kernza-grain-plante

https://www.npr.org/sections/thesalt/2019/04/13/711144729/can-this-breakfast-cereal-help-save-the-planet

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s